Banner O-01

Afrique Ô coeur résidence exposition à Dar Abdellatif

Résidence de création

«  L’Afrique au cœur»
A Dar Abdellatif

Du 21 juillet au 5 aout 2017

 Sous l’égide du Ministère de la Culture, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), accueille en résidence de création les artistes plasticiens Alioum Moussa (Cameroun), Amadou Tounkara (Sénégal), Justine Gaga (Cameroun) et Moufouli Bello (Bénin) du 21 juillet au 5 aout 2017.

 Renouant avec sa vocation principale qui est la création et l’échanges culturels, Dar Abdellatif accueille en résidence d’été, les artistes plasticiens africains Alioum Moussa (Cameroun), Amadou Tounkara (Sénégal), Justine Gaga (Cameroun)et Moufouli Bello (Bénin), pour un focus sur l’art africain contemporain, encré dans la tradition mais source inépuisable de création artistique.

 Chaque résident présentera sa démarche artistique à travers des créations originales inspirés de leur environnement (Dar Abdellatif, Alger, etc.) et au gré des rencontres et des échanges.

 Pour le rappeler, l’année 2017 a vu différentes résidences avoir lieu à Dar Abdellatif telles que musicale avec l’orchestre Al Dahabia qui a rendu un hommage à Warda El Djazairia au Festival Arabesque de Montpellier ou cinématographique avec Médi-Talent etc.…

 Résidence de création

« Afrique au Cœur »
A Dar Abdellatif

Du 21 juillet au 5 aout 2017

Vernissage de l’exposition

Jeudi 03 Aout 2017 à 17h30

Précédé d’une table ronde

« L’Art contemporain en Afrique »

 

Alioum Moussa est né à Maroua au Cameroun. Cet artiste plasticien, également graphiste et designer, pose un regard attentif sur les problématiques sociales. Capable de travailler avec une grande variété d’outils et de matériaux artistiques, il  façonne ses œuvres en fonction de la thématique choisie. Au Cameroun et au-delà de ses frontières, il s’est vu attribué plusieurs distinctions et a été invité, en tant que créateur, à collaborer sur de nombreux projets artistiques. Durant l’été 2010, il participe au programme de résidence ‘Université  des Idées’ organisé par la Fondation Pistoletto (Biella, Italie) ; en 2007, il est lauréat  de la bourse Visa pour la création (Culturesfrance, Paris) et en 2006, il est sollicité pour faire partie du programme de résidence internationale d’artistes, IAAB (Bâle, Suisse). Il sera, la même année, membre du collectif EXITOUR, projet d’art itinérant à travers 07 pays d’Afrique de l’Ouest.

Amadou Tounkara d’origine sénégalaise est né en 1973 à Dakar.Après un détour par la faculté de droit de Dakar, il s’oriente vers les beaux-arts et sort diplômé de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Dakar en 1998. Il se partage entre la France, le Sénégal et le Japon.Il a été sélectionné à la Biennale de l’art africain contemporain (Dak’art) en 2010 et a réalisé de nombreuses expositions ainsi que des performances de live-painting avec des musiciens et des plasticiens de renommée internationale.


Justine Gaga, née à Douala (Cameroun), Justine Gaga vit et travaille aujourd’hui à Bonendalè (Cameroun). Elle fait son apprentissage dans les ateliers de sérigraphie, dans l’atelier de Vicking : formateur initial de plusieurs jeunes plasticiens à Douala, auprès de Pierre Metambou à Yaoundé (photographie et arts graphiques) et enfin à ArtBakery au côté de Goddy Leye. Artiste polymorphe pratiquant aussi bien l’installation, la peinture, la sculpture, la performance et la vidéo avec au coeur de ses recherches la solitude comme exploration intime et formelle. Elle n’en reste pas moins une artiste ancrée dans sa société, qui dénonce avec force et conviction les injustices, l’exil, l’immigration, … En témoignent ses oeuvres L’ombre de moi-même, Indignation, La parole aux femmes, L’ombre exposée à la Fondation Blachère en 2015. Avec Indignation, une installation de 19 sculptures réalisées à partir de bonbonnes de gaz, elle acquiert une renommée internationale grâce au 2e prix reçu à Dak’Art 2014.

Moufouli Bello, originaire du Benin, Moufouli BELLO est une administratrice de travail de formation, passionnée par l’art sous toutes ses formes et par la communication. Ce qui l’a orienté vers des expériences professionnelles dans le journalisme, la photographie, l’écriture, et les arts plastiques. En marge de ses acquis de juriste, qui alimentent ses recherches sur la condition humaine, ces autres domaines l’intéressent fortement parce qu’ils font appel à l’imaginaire du public mais également les ramène à des références culturelles puisqu’ils sont ancrés aux histoires et légendes de nos vies.

 

www.aarcalgerie.org

google+

linkedin