IL Y A 61 ANS LE 29 AVRIL 1959 S’ EST ETEINT LE GRAND HUMORISTE MOHAMED TOURI

75

UNE PAGE POUR LA MEMOIRE

Mohamed Touri est né à Blida, le 9 novembre 1914, au sein d’une famille traditionnelle et pieuse. Son père, soucieux de sa formation et de son éducation, l’inscrit dans une des médersas libres instituées par l’association des Oulémas. Il satisfait au premier cycle de cet enseignement pour devenir lui-même enseignant.
Pas pour longtemps, puisqu’il exercera, momentanément, le métier de maçon. C’est le mouvement scout, considéré comme le creuset du nationalisme algérien, qui façonnera Mohamed Touri dans l’expression artistique, mise au service de la cause nationale dans le contexte de l’époque.
Au cours de sa tendre jeunesse, Mohamed Touri affectionnait le rire et la plaisanterie. Vif et alerte, il se distinguait déjà au sein de son groupe comme un animateur, plutôt comme un communicateur né, puisqu’à travers chaque expression ironique, il y avait un message à décrypter, celui du mal social, celui de la domination, mais également celui de l’éveil de la conscience.
Mohamed Touri décide, en 1928, de constituer une troupe théâtrale au sein du groupe scout  » Espoir  » de Blida. Il constitue une autre troupe théâtrale en 1936 en compagnie de ses amis El Hadj Bentchoubane, Zerrouk Sidi Moussa, Mohamed Benkara et Abderazak Kesserli entre autres, avant de faire un bref passage au sein de la section théâtrale de l’association « El Widadiya  » dès sa création à Blida en 1932.
Il tente l’écriture d’emblée de deux pièces intitulées  » El Kilo  » (l’ivrogne) et  » El Djouhala Meddaâyine El Ilm  » (les ignorants se prennent pour des savants) qui sont considérées comme les premières de sa brillante carrière.
Tout comme Allalou, Rachid Ksentini, Bachdjerrah ou Mohamed El Kamel, Mohamed Touri s’attellera à faire sienne la démarche déjà entreprise par ces pionniers, celle de dire, avec ironie, le contexte socio-politique de l’époque.
La troupe de Mohamed Touri connaîtra un grand succès populaire au point de rivaliser avec celle déjà établie à l’Opéra d’Alger dirigée par Mahieddine Bachetarzi. Ce dernier lui fera appel en 1942, d’abord en qualité de comédien radiophonique pour enfin faire partie de la troupe de l’Opéra. Il intégra de ce fait, le mouvement artistique national et les grandes figures qui le composaient.
Mohamed Touri, artiste pluridisciplinaire, peintre, chanteur, comique, acteur, comédien, auteur de contes, de nouvelles, de feuilletons cinématographiques et télévisés, de pièces de théâtre, de chansons et de sketches, saura donner la pleine dimension à son talent au service d’un art authentiquement algérien.

Il est distribué en qualité d’acteur dans Kenzi, un film tourné au Maroc en 1947, aux côtés de Mohamed El Kamel, Mahieddine Bachetarzi, Djamel Badry, Sayah Didouche… Il tourne un autre film intitulé  » Maârouf  » dans les mêmes conditions une année plus tard.
Son verbe direct, spontané et très expressif d’une situation dramatique vécue par le peuple algérien était un moyen de lutte contre le mal social ainsi que toutes les déviations de la morale. Son impact auprès des masses populaires était acquis en toutes occasions (gala, spectacles) et en tous supports (télévision, cinéma, disque, radio). Emprisonné en 1956 et torturé plusieurs fois à la prison de  » Serkadji « , il le fut encore peu avant sa mort. Libéré malade, il ne s’en remettra jamais. La principale salle de spectacles de Blida portera son nom, et un hommage posthume lui sera rendu le 21 mai 1992 au Théâtre National Mahieddine Bachetarzi, au cours duquel, la Nation renaissante lui décerne la médaille de l’Ordre du Mérite National (athir). Une semaine théâtrale a été tenue pendant très longtemps par la commune de Blida, en sa mémoire.
Il s’est éteint le 29 avril 1959 à Alger, non sans avoir écrit une grande page culturelle, militante et artistique de notre pays.
Parmi ses œuvres les plus célèbres, on peut citer :
* El Bareh Ouel Youm (pièce théâtrale)
* Zaît ou Maît (pièce théâtrale)
* Debka Ouè Dbèk (pièce théâtrale)
* El Medjnouna (pièce de théâtre)
* Oussayète El Merhoum (pièce de théâtre)
* Houhou (pièce de théâtre)
* El Bokhar (opérette)
* El Foular Lakhdar (film)
* Ané Mellit (chanson comique)
* Flous Flous (chanson comique)
* Ya Moul Eddar (chanson comique)
* Hadi Hiya Samba (chanson comique)
* Chérie Hanouni (chanson comique)
* Samba Terro (chanson comique)
* Kissadjine Fel Qasr (pièce théâtrale)
* Bouhedra (pièce théâtrale)
* Zat Ezelâat (pièce théâtrale)
* Qatel Ou Djena (pièce théâtrale)
* Fel Qahoua (pièce théâtrale)
* Ya Saâdi (pièce théâtrale)
* Aleche Rayek Talef (pièce théâtrale)